Si vous ...

La perte est inhérente à notre vie. Mais nous n’y sommes pas vraiment préparés. Nous ressentons la perte comme une fissure dans notre vie. Une ligne de séparation avec un ‘avant’ et un ‘après’. Nous avons l’impression que nous ne pourrons plus jamais vivre pleinement.

 

Parfois nous restons attachés à des souvenirs ou des émotions  qui occupent toute notre attention et nous empêchent de vivre dans le moment présent. 

Ou bien nous ne voyons plus que nos occupations et nos tâches que nous exécutons avec un sentiment de culpabilité. Nous recouvrons soigneusement le souvenir douloureux et les émotions, jusqu’à ce qu’ils semblent avoir disparus. 

Dans les deux scénarios, petit à petit nous allons seulement survivre et nous perdons le contact avec l’autre partie de nous-même. Finalement nous perdons le contact avec notre source intérieure, la force qui nous stimule à vivre la vie pleinement.

 

La fin-de-vie

En tant que bénévole dans les soins palliatifs, j’étais fascinée.  Je me rendais compte combien la vie peut être riche dans cette dernière phase. Je vivais  moi-même une forte expérience vers la fin-de-vie de ma mère, sans m’en douter à ce moment-là. Par la nouvelle proximité qui s’était créée entre nous dans cette période, je découvrais dans ma mère une femme que je ne n’avais jamais connue.  Sans beaucoup de paroles , il y avait des moments de rapprochement qui nous rendaient, à toutes deux,  ce qu’il nous avait manqué, ensemble, au cours de notre vie.

La fin-de-vie est une occasion unique pour sortir de nos anciens rôles et prendre un nouveau tournant dans la vie, jusqu’alors inconnu. Nour laissons tomber nos masques et nous nous rapprochons de l’essentiel.  Un moment pendant lequel ce qui était resté inexprimé reçoit une place. Cela crée des connexions plus douces et sereines

Perte de la santé

Depuis notre naissance, notre corps détermine en grande partie le cours de notre vie. Au départ, nous recevons une petite valise de santé avec ses forces et ses sensibilités.  Mais nous ne sommes pas toujours attentifs à nos besoins et à ceux de notre corps.

Il arrive un moment où notre corps émet des signaux pour nous sensibiliser.  Notre corps est en deuil et il le montre. Perte d’énergie et fatigue, mal de tête ou de dos, changement dans notre appétit ou problèmes digestifs, changement du rythme de sommeil, troubles de cœur, jambes lourdes, etc. Avec tous ces signes, notre corps veut nous alerter qu’il a atteint un état  d’épuisement. Il est temps de ralentir, peut-être s’arrêter un moment, prendre du repos et se resourcer.

Vivre le deuil

Signifie créer un lien entre le passé, le futur et ce que l’on a perdu.  

C’est donner une place à nos émotions et les accepter. 

C’est donner à ce que l’on a perdu pour toujours une place dans notre cœur.  

C’est une nouvelle naissance, plus conscients que jamais de nos propres capacités.

C’est découvrir sa source intérieure et la faire grandir.